Association Malienne des Expulsés

Accueil > Revue de Presse > Alhassane Dicko de l’AME face à la presse : « Ce sont 87 Maliens qui ont perdu (...)
Alhassane Dicko de l’AME face à la presse : « Ce sont 87 Maliens qui ont perdu la vie lors du récent naufrage en Libye »

Après le naufrage d’une embarcation clandestine avec à son bord plusieurs dizaines de nos compatriotes, l’Association malienne des expulsés (AME) a organisé samedi 9 août une conférence de presse pour attirer l’attention des autorités sur l’importance de l’élaboration d’une politique migratoire. Pour les conférenciers du jour, l’élaboration et l’adoption d’un cadre réglementaire qui protège les migrants vont contribuer à protéger les Maliens au-delà des frontières ouest-africaines.

Etayer la situation générale des migrations des Maliens, aborder le cadre juridique qui protège les acteurs de la mobilité humaine et proposer des réponses politiques pour une meilleure maîtrise des enjeux sur les migrations. Tels sont les sujets qui ont été abordés au cours de cette conférence de presse organisée par l’AME et ses partenaires de l’association malienne des droits de l’homme (AMDH) et de l’espace migrations et développement de la région de Kayes (EMDK).

A l’entame de la conférence, Alhassane Dicko de l’AME a fustigé le mode de gouvernance des pays africains qui ne disposent pas de politiques en termes de mobilité humaine et de protection de leurs citoyens à l’étranger. Pour le conférencier, l’absence de cette politique, la corruption et le chômage endémique dans les villes et campagnes mettent les jeunes sur le chemin de la migration au péril de leur vie. Au cours de cette conférence, il a révélé que ce sont 87 Maliens qui ont perdu la vie lors du récent naufrage en Libye.

Des milliers de migrants perdent leur vie
Face à cette situation où des milliers de jeunes migrants smeurent chaque année, le conférencier a déclaré qu’il urge pour le pouvoir public malien d’achever le processus d’élaboration de la politique migratoire. Il y va, déclare Elbéchir Sangaré, de sauvegarder les vies des Maliens qui apportent à leur pays plus que l’aide publique au développement. Pour le représentant d’Amensty Mali, le traitement inhumain dont sont victimes les migrants dans les pays de transit et dans les pays d’accueil constitue des violations et des atteintes aux droits de l’homme.

Les différents intervenants au cours de cette rencontre ont souligné la nécessité de poser des actions de développement dans les régions afin que les jeunes ne soient pas attirés par le projet de migration. Cette conférence a été l’occasion pour l’AME de faire venir les parents des victimes de naufrage. Le témoignage de Mady Hawa Keïta, dont le jeune frère a péri dans le naufrage, a permis de savoir que l’âge des victimes varie entre 18 et 25 ans.
Il faut rappeler que lors d’une récente conférence de presse, le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, avait annoncé plusieurs dizaines de morts suite à cette tragédie sans donner un chiffre exact.
Moussa Sidibé

L’Indépendant du 11 août 2014
http://www.maliweb.net/societe/immigration-emigration/alhassane-dicko-lame-face-presse-ce-87-maliens-perdu-vie-lors-du-recent-naufrage-en-libye-457102.html

jeudi 21 août 2014

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info