Association Malienne des Expulsés

Accueil > Revue de Presse > BAMAKO, Mali - C’était à Paris, mais ce n’était pas un travail glamour.
BAMAKO, Mali - C’était à Paris, mais ce n’était pas un travail glamour.
JPEG - 441.5 ko
Amadou Coulibaly à l’extérieur des bureaux de l’Association Malienne des Expulsés (AME), Bamako, Mali. Photo Sébastien Rieussec.

L’Europe est en train d’expulser des milliers d’Africains. Selon l’un de ces expulsés malien, cela ressemble fort à une recette pour déclencher une révolution.

Amadou Coulibaly passait ses nuits à passer la serpillière dans des hectares de bureaux faiblement éclairés alors que les employés de la France dormaient. Chaque matin, il se couchait avec une douzaine d’autres immigrants maliens, qui se reposaient en équipes dans un appartement d’une pièce qu’ils partageaient dans le 15e arrondissement de Paris. Mais Coulibaly dormait profondément dans la certitude de son but.

Né dans une famille pauvre à Bamako, capitale encombrée du fleuve au Mali, il a abandonné l’université pour soutenir ses parents vieillissants. Il a vu ses camarades de classe, plus riches et politiquement connectés, recrutés dans des postes gouvernementaux. Ils conduisaient des voitures et travaillaient dans des bureaux climatisés pendant que lui, il vendait des noix de cola sur le bord de la route. Au moment où il a eu ses propres enfants, tous les chemins de la prospérité semblaient avoir fermé, sauf un : celui qui menait à l’étranger.

Près d’un quart des quelque 18 millions de ressortissants maliens vivent à l’extérieur du pays, principalement en Europe et dans d’autres pays africains. Environ 120 000 personnes vivent en France ; leurs envois de fonds dépassent l’aide au développement de la France à son ancienne possession coloniale, selon l’opinion communément admise des officiels maliens.

En France, Coulibaly gagnait environ 500 euros par mois et en envoyait la moitié à sa femme et à ses enfants. Il mettait de la nourriture sur la table et payait les frais de scolarité. "Je ne voulais pas que mes enfants cessent leurs études comme je l’ai fait. C’est la raison pour laquelle je suis parti », a déclaré Coulibaly, dont le teint sans rides dément ses 59 ans. Ses enfants ont maintenant des bureaux dans des immeubles climatisés. Une fille est comptable et une est médecin ; il a trois enfants plus jeunes encore à l’école.

Coulibaly se considère chanceux d’être arrivé en France mais regrette la manière dont il l’a quitté. Un jour de 2007, il se rendait à la gare lorsqu’un policier lui a demandé ses papiers. Après avoir présenté une demande de carte de résident et reçu un refus, il a été emmené en rétention. Trente-deux jours plus tard, il a été envoyé en avion à Bamako, l’un des 5.947 Maliens dont l’expulsion d’Europe entre 2002 et 2013 a offert un aperçu de la répression de l’immigration à venir.

Alors que l’Europe est confrontée à une crise des réfugiés qui a vu le nombre de demandeurs d’asile bondir de 122% en 2015 à 1,3 million (le précédent était de 700.000 en 1992, l’année après l’effondrement de l’Union soviétique), elle a accéléré la déportation (c’est le terme utilisé dans la presse de langue anglaise, en France on dit plus sobrement "expulsion") des demandeurs d’asile et les migrants qui arrivent sans les papiers appropriés.

La Commission européenne, organe exécutif de l’UE, a recommandé d’utiliser « tous les moyens de pression et d’incitation » dont dispose l’UE pour « garantir que les pays tiers remplissent leur obligation internationale de reprendre leurs ressortissants résidant irrégulièrement en Europe ». Moins de 40 % des demandeurs d’asile ayant reçu un refus ont en fait été expulsés en 2013, a noté la commission dans son « agenda européen sur la migration » de 2015.

Dans le cadre d’une refonte plus large de ses politiques d’immigration, qui consiste à dépenser près de 2 milliards de dollars pour des programmes de développement et de stabilisation en Afrique visant à lutter contre les causes profondes des migrations, l’UE se tourne vers les pays de départ en les pressant de reprendre leurs citoyens. En 2016, le bloc a expulsé plus de 175.000 personnes, selon l’agence Frontex. Mais dans des endroits comme le Mali, où seulement un petit pourcentage de jeunes peuvent s’attendre à trouver du travail dans le secteur formel, et où la migration est souvent considérée comme un rite de passage, le recul a été féroce. "Vous aurez la révolution et la destruction si vous commencez à renvoyer les gens", a déclaré Coulibaly, qui vit maintenant à Bamako avec sa famille.

"Vous aurez la révolution et la destruction si vous commencez à renvoyer les gens."

C’est à peu près ce que le gouvernement malien a obtenu en décembre, lorsqu’il a signé un communiqué conjoint s’engageant à travailler avec l’UE pour accélérer le retour des migrants qui y vivent illégalement. Les manifestations ont secoué la capitale, et le gouvernement a été contraint de nier avoir jamais accepté d’aider les pays européens à identifier et expulser les ressortissants maliens. (Baréma Bocoum, un assistant spécial du ministre des Affaires étrangères du Mali, a refusé de commenter le statut de cet accord, faisant état de "controverses" et du caractère "sensible" du sujet.

« Le fait que le gouvernement ait refusé l’accord de l’UE montre à quel point la migration est importante pour l’économie », a déclaré Sabane Touré, analyste à la Coalition pour la dette africaine et les alternatives de développement (CAD Mali), basée à Bamako . « Si vous enlevez l’argent de la migration hors de l’économie, il ne restera rien. » Les responsables européens soutiennent que le Mali est déjà obligé, en vertu du droit international, de reprendre les migrants et les demandeurs d’asile déboutés. Le communiqué de décembre visait simplement à accélérer le processus, disent-ils. Le gouvernement malien a été réticent à aider les gouvernements européens à identifier ses ressortissants - une exigence pour leur retour légal - et a souvent traîné les pieds pour leur délivrer des documents de voyage. Et lorsque les pays européens ont essayé de contourner ce problème en publiant leurs propres documents de voyage, des disputes diplomatiques ont suivi. En janvier, le gouvernement malien a renvoyé deux migrants africains expulsés de France, affirmant qu’ils ne pouvaient pas vérifier qu’ils étaient Maliens.

Les avocats des soi-disant "accords de reprise" ont affirmé qu’ils pourraient être adoucis en échange de des promesses de canaux élargis pour la migration légale . Mais les gouvernements européens ont montré peu de volonté d’accueillir d’autres travailleurs africains à un moment où les sentiments populistes et nationalistes sont déjà en hausse. Et il n’y a aucune garantie que donner aux gouvernements africains un nombre déterminé de visas de travail européens à distribuer sera suffisant pour compenser l’opposition massive du public aux accords d’expulsion. Au Mali, la migration est autant une question culturelle qu’économique. Le pays a une fière tradition de s’aventurer à l’étranger qui remonte au Moyen-Age, lorsque les commerçants de caravanes transportant de l’or et du sel ont transformé des villes comme Gao et Tombouctou en marchés internationaux. Ces mêmes itinéraires de caravanes sont maintenant utilisés par les contrebandiers ; les envois de fonds sont le nouvel or. S’aventurer à l’étranger dans de nombreuses communautés maliennes, en particulier dans le sud, est considéré comme un honneur proche d’une obligation.

Même les organisations criminelles, dont certaines ont des liens avec Al-Qaïda, considèrent le Nord comme un mal nécessaire. "Le passeur qui m’a aidé, était-il un méchant ?", a déclaré Coulibaly, en utilisant le terme préféré pour le contrebandier au Mali. "J’ai pu envoyer mes enfants à l’école grâce à lui. Ma fille est allée à l’école de médecine. » Coulibaly est maintenant vice-président d’une association qui soutient les migrants maliens expulsés d’Europe. Il aide les expulsés récents à se relever et plaide en faveur des droits des migrants. Il fait également pression sur le gouvernement malien pour qu’il ne coopère pas avec les gouvernements européens cherchant à expulser des travailleurs migrants comme lui. Selon lui, aucune migration légale ou aide au développement en provenance de l’Europe ne pourrait jamais compenser les envois de fonds des Maliens à l’étranger, dont beaucoup ont migré par des voies informelles : « Un migrant peut soutenir plus de 20 personnes à la maison », m’a-t-il dit. "Ce sont eux qui paient pour les maisons, pour les écoles, pour les hôpitaux. L’aide de l’Europe ne peut pas payer pour tout cela. Sans migration, il n’y aura pas de développement. "

Ty McCormick (@TyMcCormick) est le rédacteur en chef de Foreign Policy’s Africa. Sébastien Rieussec (@srieussec) est un vidéojournaliste et un photographe établi à Bamako depuis 10 ans.


source http://europeslamsitsgates.foreignpolicy.com/the-deported-mali-africa-europe-EU-deportation-migration-unrest

traduction Google revue.

À PROPOS DE CETTE SÉRIE "L’EUROPE CLAQUE LA PORTE"

La crise migratoire en Europe n’est pas terminée - elle ne fait que commencer. Avec une immigration nette estimée à plus d’un million par an pour les cinq prochaines décennies et une montée de la xénophobie, les dirigeants européens cherchent de nouveaux moyens de ralentir l’afflux. Jusqu’à présent, leurs efforts ont inclus des règles plus strictes et leur application avant le départ, aussi bien que des projets de développement de plusieurs milliards de dollars et un soutien pour les militaires et les gouvernements locaux en Afrique. L’enquête spéciale de Foreign Policy examine l’impact de tout cela sur les futurs migrants, leurs pays de départ - et sur l’Europe elle-même, où la volonté désespérée de préserver la stabilité et de repousser le populisme risque de compromettre les valeurs traditionnelles telles que l’ouverture, la tolérance et le respect des droits élémentaires.

Le reportage pour cette série a été rendu possible en partie grâce à une subvention du Centre Pulitzer sur les rapports de crise.

mardi 29 mai 2018

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info