Association Malienne des Expulsés

Accueil > Revue de Presse > Journée internationale des migrants : l’Association Malienne des Expulsés (...)
Journée internationale des migrants : l’Association Malienne des Expulsés (AME) plaide pour l’ouverture des frontières.

Plus de 1800 migrants en situation de détresse ont bénéficié de l’assistance et du soutien de l’Association Malienne des Expulsés (AME) au cours de l’année 2018. L’information a été donnée par le président de la dite association Ousmane Diarra devant un parterre de journalistes venus.

Pour la circonstance cette conférence de presse qui s’est tenue, mercredi 12 Décembre 2018 au siège de l’AME sis à Djelibougou en commune I du district de Bamako, a enregistré la présence des migrants, des parents de migrants, et d’autres associations intervenant dans le domaine de la migration.

En prélude de la célébration de la journée internationale des migrants célébrée le 18 Décembre de chaque année les responsables dénoncent les politiques migratoires de l’UE d’une part, et d’autre part d’interpeller les autorités maliennes sur la situation des migrants à travers le monde.

A l’entame de ses propos, le conférencier, Ousmane Diarra président de l’Association Malienne des Expulsés (AME) a planté le décor en situant la rencontre dans son contexte.

Selon lui, la journée internationale des migrants est une journée adoptée par l’Assemblée des Nations Unies à travers la résolution A /RES/55 /93 du 18 décembre 1990 relative à la protection des droits de tous les travailleurs migrants et les membres de leur famille.

Cette année l’Association Malienne des Expulsés (AME) place cette célébration sous le signe de la « continuité du combat en faveur des droits des migrants ». « Cette journée pour nous est une journée de prise de conscience, d’hommage à toutes les victimes de la migration forcée et d’auto critique sur les différentes actions qui ont été faite par les différentes associations en faveurs des migrants ou de leur famille »a-t-il déclaré en substance.

Il rappelle que le Mali est une veille culture de civilisation de la migration depuis des siècles encrée dans nos mœurs et coutumes.

Par ailleurs, la nouvelle génération en quête d’avenir meilleur décide de traverser le Sahara, et la mer au prix de leur vie car le problème du manque d’emplois et de la mauvaise gouvernance sont passés par là.

Pour résumer le combat de l’Association Malienne des Expulsés (AME) en faveurs des migrants, Ousmane Diarra dira que de sa création le 06 Octobre1996 à nos jours, l’AME a été au cœur de tous les combats en faveur de l’ouverture des frontières, de l’amélioration des conditions de vie et de travail des migrants, de la dénonciation des différentes politiques migratoires imposées sur les états africains.

L’occasion était bonne pour l’AME de tirer le bilan de la situation des migrants maliens dans le monde. Et pour preuve e n 2018, il y a eu 1800 migrants en situation de détresse qui ont été assistés par l’Association Malienne des Expulsés à travers des suivis médicaux, accompagnent social, don de kit, prise en charge des frais de transports, achat de vêtements et autres.

A cela s’ajoute également l’insertion de plus de 600 migrants dans la société à travers des activités génératrices de revenus.

A la question de s’avoir que faut –il faire pour dissuader les jeunes de ne pas aller mourir dans le Sahara ou en mer, Ousmane Diarra répond qu’il faut d’abord lutter contre la mauvaise convergence, et la corruption qui ont pris des proportions inquiétantes dans notre pays. Et ensuite il faut créer des opportunités d’emplois pour retenir les jeunes dans le pays.

« Malheureusement, toutes les politiques élaborées et mise en œuvre pour la gestion des flux d’émigration, aussi bien dans les pays de départ que dans les pays dits d’eldorado, n’ont pu régler la situation, car ne traitant pas le mal à la racine » déplore –t-il.

A noter que l’Association Malienne des Expulsés (AME) en partenariat avec la Coordination des Associations de Développement de la Région de Kayes (CADERKA) organise une cérémonie d’hommage aux victimes maliennes de l’émigration forcée ce samedi 14 décembre 2018 à la maison des Ainés

Mohamed Kanouté

source : Mali24

jeudi 13 décembre 2018

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info