Association Malienne des Expulsés

Accueil > Revue de Presse > AOF Revues / ’Itinéraires de la faim’ des migrants subsahariens expulsés (...)
AOF Revues / ’Itinéraires de la faim’ des migrants subsahariens expulsés d’Algérie au Mali

Anthropology of food, Migrations, pratiques alimentaires et rapports sociaux
Auteur(s) : Clara Lecadet
Titre : ’Itinéraires de la faim’ des migrants subsahariens expulsés d’Algérie au Mali
Sous-titre : du rationnement carcéral à l’organisation de la survie

Résumé :

En Algérie, l’expulsion des migrants d’origine subsaharienne vers la frontière Nord du Mali est devenue depuis le début des années 2000 un processus régulier. Rationnement alimentaire drastique dans les prisons algériennes, angoisse vitale dans les ghettos organisés en micro-communautés nationales aux abords de la frontière, leitmotiv de l’aide d’urgence : la faim constitue une caractéristique majeure de l’expérience vécue par les expulsés. Elle est à la fois une violence intime, une donnée politique, un motif d’intervention humanitaire. On parlera ainsi d’itinéraires de la faim pour appréhender le processus de l’expulsion et les parcours erratiques de l’après-expulsion : ils sont ici envisagés à la fois du point de vue du dispositif étatique algérien qui en porte la responsabilité et des contre-dispositifs précaires mis en œuvre par les expulsés pour survivre. Les expulsés auto-organisés, les associations d’expulsés, l’intervention ponctuelle des ONG, tentent en effet de faire face aux expulsions par des formes de regroupement, d’accueil et de restauration atypiques dans un contexte d’abandon et de dénuement radical.

Extrait :

(...) Le restaurant ouvert par l’AME le 27 janvier 2010, à proximité des locaux de l’association, dans le quartier de Djélibougou à Bamako, en constitue un exemple. Il s’agit de montrer que les associations ne s’en tiennent pas à des revendications souvent jugées stériles en termes de droit, ou à une simple protestation contre les politiques existantes, mais qu’elles sont aussi capables de proposer des formes de réinsertion aux expulsés. Le restaurant, baptisé Hand in hand, a été ouvert grâce une attribution de 8000 euros par Medico International. Les mets sont préparés le matin dans la cuisine de l’AME, où se trouvent les casseroles, les ustensiles, un réchaud à braises, un évier. Une fois prête, la nourriture est placée dans des plats en inox et dans d’imposantes bassines en plastique, couverts et emmenés par la cuisinière et son aide dans le restaurant tout proche, où les clients sont servis à partir de 13h. Le menu comprend des plats variés, comme le tô, le riz yassa et le tieb, le saka saka, l’attiéké, la sauce aux oignons ou la sauce fakoï… dans la pratique cependant, c’est le plus souvent entre deux plats que les clients du restaurant peuvent choisir. Le menu, qui repose sur un principe de sélection individualisée pour le consommateur, contraste avec la préparation collective des plats qui prévaut encore à l’intérieur des familles et dans les formes de restauration locales traditionnelles, où les clients paient une part prélevée sur un plat commun. Le menu affiche des possibilités mais c’est la cuisinière qui, pour des raisons de commodité et de quantité, décide chaque jour ce qu’elle servira. Si l’AME dispose d’un restaurant s’adressant à une clientèle large, chacune des associations disposant à Bamako d’une structure d’accueil pour les expulsés, a sa cuisine et la préparation des repas fait partie du cahier des charges, à chaque nouvelle arrivée, notamment dans le cadre des expulsions collectives d’Espagne ou de Libye. La restauration se présente par conséquent comme une réponse originale à la question de la survie des migrants posée par la régularité des expulsions terrestres depuis l’Algérie, mais aussi, plus généralement, des expulsions individuelles et/ou collectives depuis l’Europe ou la Libye. S’agissant du contexte malien, elle est révélatrice d’une capacité de mobilisation des expulsés pour organiser les conditions de leur survie et d’invention de contre-dispositifs. (...)

Le texte intégral se trouve en ligne.
http://aof.revues.org/index6723.html

mardi 4 janvier 2011

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info