Association Malienne des Expulsés

Accueil > Revue de Presse > Le Monde / Le Mali manque de moyens pour accueillir les expulsés
Le Monde / Le Mali manque de moyens pour accueillir les expulsés

LEMONDE | 27.09.10 | 15h09 • Mis à jour le 27.09.10 | 15h09

Si Mahamadou Keita se démène, à l’aéroport de Bamako, pour essayer d’apporter un peu de soutien aux expulsés de France, les moyens manquent cruellement, au Mali, pour assurer un suivi, au moins psychologique, des clandestins qui ont souvent passé plusieurs années loin des leurs.

Ainsi M. Keita, par l’intermédiaire de l’Association malienne des expulsés (AME) - l’une des plus actives à Bamako -, ne prend en charge que les migrants des vols Air France. Et encore, pas de tous. Ainsi, en 2007, il a pu assurer un accompagnement pour seulement un tiers des 578 expulsés - 179 personnes sur 478, en 2008 ; 38 migrants sur 103, en 2009.

Pour les Maliens qui arrivent d’autres pays ou avec d’autres compagnies aériennes, l’accueil est pratiquement inexistant. Le ministère des Maliens de l’extérieur a bien un petit bureau dans l’aéroport. Il existe aussi quelques associations qui sont censées faire le même travail que l’AME. Mais ces structures sont souvent des coquilles vides.

Ces derniers temps, les expulsions ont certes beaucoup diminué depuis la France, comme depuis d’autres pays - essentiellement l’Espagne, la Libye, le Maroc, la Suisse et le Mozambique. Selon les chiffres de la protection civile, 1 228 personnes ont été expulsées en 2009 contre 2 293 en 2008.

Expulsions discrètes

Mais ces derniers chiffres ne prennent en compte que les personnes renvoyées par charters groupés. Ils n’intègrent pas tous ceux expulsés au compte-gouttes, au fond d’avions de passagers ordinaires. Or les pays qui expulsent ont de plus en plus tendance à utiliser cette méthode pour éviter les coups de projecteur médiatiques, l’émotion de l’opinion publique et la mobilisation d’associations des droits de l’homme.

Faute de budget propre, selon Nouhoun Coulibaly, sergent-chef de la protection civile malienne, il est aussi difficile à ses services d’assurer l’accompagnement pour lequel ils sont normalement missionnés : à savoir le logement ou le transport jusque dans la région d’origine des migrants. La plupart ne sont pas originaires de Bamako mais de Kayes, dans l’extrême sud-ouest du pays.

Elise Vincent

Article paru dans l’édition du 28.09.10


Voir à ce sujet :
- La Cimade - Visa refusé - Témoignage de Mahamadou Keita de l’Association Malienne des Expulsés
- Laissez-passer (France) / A Bamako, le violent retour à la case départ de Siabou le gréviste
- Le Monde / Keita, le "toubab" de l’aéroport
- France Info : A Bamako au Mali, l’expulsion, on connaît...

jeudi 30 septembre 2010

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info