Association Malienne des Expulsés

Accueil > Communiqués > Brèves nouvelles de l’AME présente à la frontière Lybie-Tunisie
Brèves nouvelles de l’AME présente à la frontière Lybie-Tunisie

Une équipe AME- MDM est présentement à la frontière Tunisie- Libye, à Ras-Adjir, pour les observations et les interviews afin de mesurer l’ampleur des arrivées et mesurer les besoins ; également voir quelles pressions émettre ensemble pour activer un rapatriement digne de nos frères subsahariens ; ils sont indexés (montrés du doigt), poursuivis et très souvent rançonnés par les soldats loyalistes et de même que par les insurgés révolutionnaires ; certainement à cause de l’amalgame avec la présence de mercenaires subsahariens aux côtés des gens qui tirent sur les manifestants dans certaines zones de ce pays en crise.

Plusieurs personnes qui voulaient descendre par Gadamess (Ghudamis) ont été inquiétées par les jeunes révolutionnaires qui les ont détenues durant deux jours ; ensuite elles ont été libérées et avec elles 80 autres personnes qui étaient détenues depuis 2 semaines.

Tout ce monde arrive donc présentement à la frontière avec la Tunisie pour se sauver ; les migrants Maliens ont bien indiqué qu’ils paient eux-mêmes les frais de transport ( 70 dinars Tunisiens soit approximativement 36 euros ou 23.500 F CFA ) pour quitter Tripoli et Benghazi afin de joindre la frontière Tunisienne.

Tous ceux qui arrivent disent la même chose concernant le paiement de frais de transport aux conducteurs de bus, y compris ceux qui étaient dans les ambassades comme celle du Mali. Selon eux il reste encore beaucoup plus de personnes là-bas, qui sont inquiètes et sans le sou ; mais d’autres voudraient attendre en pensant qu’après l’accalmie ils trouveront facilement du travail.

Mais la difficulté résulte des moyens à mettre en œuvre et de l’intention politique de nos gouvernants à jouer franc jeu ( contre Kaddafi ) et activer les rapatriements des migrants.

En ce moment au camp de Soucha, non loin de la commune de Ras-Ajdir, nous avons retrouvé 600 maliens et d’autres nationalités dont les bengladeshis et les soudanais sont les plus nombreux ; ensuite viennent les maliens, burkinabés, gambiens, ghanéens, sénégalais

Les ONG s’activent à porter secours ; plusieurs sont sur place, les migrants ne manquent ni de nourriture ni de vêtements et soins médicaux, mais le grand besoin exprimé reste le rapatriement vers leur pays d’origine ; voila un peu la situation à ce jour du coté tunisien.

mercredi 9 mars 2011

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info