Association Malienne des Expulsés

Accueil > Communiqués > Radio Kayira / L’Association Malienne des Expulsés s’insurge contre la visite (...)
Radio Kayira / L’Association Malienne des Expulsés s’insurge contre la visite du Ministre Français de l’immigration Brice Hortefeux

Marche de protestation, sit-in sont entre autres actions que projette l’Association Malienne des Expulsés (A.M.E) pour dire non à la visite du Ministre français de l’immigration et de l’identité nationale prévue le mardi 27 novembre 2007 à Bamako.

L’AME et son collectif de soutien estiment que le gouvernement du Mali avec à sa tête le Président de la République Amadou Toumani Touré est complice des expulsions massives dont sont victimes les maliens en Europe en général et en France en particulier.

Ils ont, au cours de leur conférence de presse de ce samedi à leur siège, qualifié Hortefeux de ministre de l’expulsion des migrants car de janvier à décembre 2007 le Président Sarkozy lui a ordonné d’expulser vint cinq mille (25 000) étrangers ont-ils laissé entendre. Ce travail selon l’A.M.E a malheureusement réussi car de janvier à novembre 2007, Brice Hortefeux a déjà expulsé 479 maliens de France.

La plupart du temps, les expulsés arrivent à l’aéroport démunis. En refusant souvent l’expulsion, ils subissent des violences physiques et psychologiques de la part des policiers français, a déploré l’AME, avant d’ajouter qu’il est du devoir des autorités d’informer les maliens du programme de la visite de Hortefeux. Ce qui malheureusement n’a pas été le cas. Ne serait ce qu’au nom de l’apport des maliens vivant en France environ cent cinquante milliards de francs cfa par an, cette visite du ‘’ministre de l’expulsion’’ devrait être portée à la connaissance des citoyens par voie de presse malienne a soutenu l’A.M.E.

Pour l’AME, Hortefeux est l’un des concepteurs de la politique du test d’ADN. Sa visite ne doit pas se passer sans réaction. C’est pourquoi, elle et son collectif de soutien ont décidé de se faire entendre à travers cette conférence de presse, premier acte d’une série d’activités pour signifier leur mécontentement à propos de la visite de Brice Hortefeux.

L’A.M.E a profité de cette tribune pour inviter les autorités maliennes à refuser de se faire complices de ces expulsions massives en acceptant quelques formes de contrepartie à sa caution de la politique actuelle des pays d’accueil des maliens dont la France.

L’association a aussi rappelé qu’elle est présente tous les jours à l’aéroport de Bamako-Sénou pour recevoir les expulsés. C’est ainsi qu’elle accueille chaque mois une cinquantaine de personnes en situation difficile ou dramatique.

Dans un communiqué de presse, elle a demandé à la société et aux familles des personnes vivant à l’étranger de rester disponibles pour recevoir les leurs lorsqu’ils reviennent à la suite d’aventures qui peuvent être difficiles.

L’AME a par ailleurs signalé aux journalistes que la France n’est pas malheureusement le seul pays qui expulse. Également, de janvier 2007 à novembre 2007, 328 maliens ont été refoulés de Libye, 656 de l’Espagne, 114 rapatriées volontaires du Maroc, 11 personnes de Suisse, 5 personnes d’Allemagne, 6 des USA, le Luxembourg et le Canada 1 personne chacun, 3 de la République Démocratique du Congo et 3 de la Grande Bretagne.

Accueillir les expulsés à l’aéroport et à la gare,

Assurer un suivi médical et psychologique des expulsés,

Aider au recouvrement de leurs biens,

Déclencher des poursuites judiciaires auprès des institutions internationales pour les violations des droits de l’homme par les pays expulseurs,

Créer des activités économiques pour l’insertion des expulsés sont quelques objectifs de l’A.M.E qui a été créée le 6 octobre 1996.

Son collectif de soutien est composé du réseau Kayira, de la CAD Mali, de la LJDH, de l’AMDH, du Journal Sanfin, de la Jeunesse UA, ainsi que des individus.

Rappelons qu’une des premières actions significatives de l’A.ME fut d’organiser, en 1997, une marche de soutien à Bamako pour faire libérer soixante dix sept (77) maliens expulsés de France par le « 36ème charter Debré » et emprisonnés par le gouvernement malien de l’époque. Deux semaines après cette marche, les expulsés emprisonnés étaient remis en liberté.

lundi 26 novembre 2007

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info