Association Malienne des Expulsés

Accueil > Communiqués > Tour Bamako-Dakar 2011 : Bulletin d’info n° 1/Juillet 2010 – rédigé par (...)
Tour Bamako-Dakar 2011 : Bulletin d’info n° 1/Juillet 2010 – rédigé par NoLager Bremen (Afrique-Euro-Network)

I. Langues :

Ce bulletin d’info est disponible en allemand, anglais et français.

II. Pourquoi ce projet et qui y participe :

De nombreux groupes et réseaux d’Afrique et d’Europe se sont maintenant engagés dans la préparation d’un tour d’actions de 2 à 3 semaines de Bamako à Dakar en janvier/février 2011 – un projet qui comprend aussi la participation à la réunion de la “Charte Mondiale des Migrant(e)s/World Charter of Migrants“ sur l’île de Gorée/Dakar (2 au 5 février 20011) et au prochain “Forum Social Mondial“ à Dakar (6 au 11 février 2011).

Jusque-là, le processus de préparation se déroule plutôt de manière polycentrique : De nombreux groupes et réseaux ne se connaissent pas ou ne se sont pas encore rencontrés. Néanmoins on peut déjà dire qui est engagé dans le processus et qui est responsable de quoi :

a) A l’origine, la décision pour le Tour Bamako-Dakar a été prise lors du dernier Forum Social Maghreb au Maroc. Le tour lui-même est préparé surtout par des groupes de plusieurs pays d’Afrique de l’ouest. L’ AME (Association Malienne des Expulsés), basée à Bamako, coordonne le processus de préparation – pour de plus amples informations, consulter leur site web en langue française : http://www.expulsesmaliens.info/

b) De plus, des activistes de plusieurs réseaux (la plupart francophones) sont impliqués : Des Ponts pas des Murs, Manifeste Euro-Africain, Migreurop, NoVox International und GRAMI-AC.

c) Le réseau Afrique-Euro a été créé en janvier 2010, à l’occasion du Tour Bamako-Dakar. Y participent des activistes issus de la migration ou non, refugiés ou pas. La plupart d’entre eux vivent en Allemagne, certains en Autriche et aux Pays-Bas. On s’exprime en anglais, français et allemand.

Comme déjà mentionné plus haut : Les groupes et réseaux qui participent ne sont pas encore tous en contact. Les liens entre activistes en France et en Allemagne sont pour l’instant assez faibles. Nous espérons que cela change rapidement. Une bonne occasion, à cet effet, pourrait être le Camp No Border à Bruxelles (27 septembre au 3 octobre 2010)...

III. Tour Bamako-Dakar - Quelques informations de base

a) Durée et calendrier : les dates exactes restent à déterminer ! Actuellement on prévoit de commencer le Tour le 25 janvier et d’arriver à l’île de Gorée le 2 février. Après le FSM, il est prévu de retourner à Bamako (arrivée le 14 février). Evidemment, tout le monde ne sera pas en mesure de participer à l’intégralité du Tour. Ce qui demandera un effort de coordination particulier, lors du processus de préparation.

b) Nom ou intitulé : On n’a pas encore choisi le nom définitif du Tour. Certains parlent justement de “Tour“, alors que d’autres préfèrent “Caravane“ : C’est une des nombreuses questions laissées en suspens...

c) Moyens de transport : Nous allons voyager en bus. Depuis que le chemin de fer entre Bamako et Dakar a été privatisé, il n’est utilisé quasiment que pour des transports de marchandises. De plus, le train ne dessert plus tous les villages et petites villes le long du trajet.

d) Participant(e)s : Toutes et tous sont invité(e)s à participer au Tour : Les militants de l’AME s’attendent à plusieurs centaines de participant(e)s, venant surtout de pays africains. Le réseau Afrique-Euro sera également représenté avec environ 15 à 30 activistes.

e) Thèmes politiques du Tour : D’une part, le Tour Dakar prendra position concernant les droits des réfugiés et des migrants. D’autre part, nous voulons procéder à une analyse critique du contexte structurel de la fuite face aux persécutions et de la migration – ou, exprimé de manière positive : Nous voulons aussi soutenir les luttes de groupes locaux en faveur de la justice sociale et pour un développement autonome, autogéré et durable (voir VI.)

f) Escales et actions : Il est prévu de s’arrêter à 5 endroits au moins et d’organiser des rencontres avec la population locale. En outre, plusieurs grandes actions non-violentes sont prévues, entre autre une contre Frontex (à ce sujet, l’idée de mener des actions simultanément au Mali ou au Sénégal et en Allemagne/Europe a été avancée).

g) Les autres Caravanes/Tours : Le réseau GRAMCI-AC organisera une Caravane de Yaounde/Cameroun à Bamako pour rejoindre le Tour Bamako-Dakar. En outre, d’autres activistes ont eu l’idée d’organiser une autre Caravane qui partirait du Maroc à travers la Mauritanie jusqu’à Dakar.

IV. Charte Mondiale des Migrant(e)s/ World Charter of Migrants – quelques informations de base :

La rencontre se tiendra pendant les jours précédant le FSM sur l’île de Gorée, située face à Dakar. L’île de Gorée est un endroit qui rappelle la traite des esclaves. Car l’île était l’un des points de départ des bateaux transportant les esclaves vers les Etats-Unis et ailleurs. Pour des infos plus détaillées, consulter le site du projet : (en français, anglais, espagnol et arabe) : http://www.cmmigrants.org/spip.php?...

V. FSM : Quelques informations essentielles

a) Date : du 6 au 11 février 2011.

b) Lieu : Campus de l’Université de Dakar, situé directement en bord de mer.

c) FSM à Dakar : Le FSM est organisé par une large alliance d’organisations de base, de réseaux politiques et d’ ONG. Actuellement des débats de fond ont lieu, concernant, par exemple, la question de savoir si le Président du Sénégal devrait participer activement à la manifestation d’ouverture du FSM ou non.

d) Le thème de la migration sera l’un des sujets principaux du FSM.

e) Les militants de l’AME ont déjà noué des relations étroites avec les personnes de Dakar/Sénégal qui sont responsables de l’axe “migration“ au sein du FSM. En outre, Conni du Flüchtlingsrat (Conseil des réfugiés) de Hambourg a aussi des contacts avec certains responsables.

f) Les activistes du Tour Bamako-Dakar proposeront un certain nombre d’ateliers (en se référant aux objectifs et aux thèmes du Tour). Par ailleurs, nous envisageons de créer un point de rencontre sur le lieu du FSM (pour se détendre, pour des discussions informelles etc.)

g) Pour des informations plus exactes concernant le FSM, consulter le site officiel (avec des informations en plusieurs langues) : http://fsm2011.org/en/frontpage

VI. Thèmes et objectifs politiques du Tour Dakar et des ateliers FSM

En principe, nous avons décidé de tenir compte de deux facteurs : du droit de rester et du droit de partir. Concrètement, ont été mis en avant les sujets suivants :

a) La politique migratoire de l’UE : en particulier Frontex, accords de réadmission, expulsions (par vol charter en particulier), politique des camps (en Europe et en Afrique). En ce qui concerne Frontex, il a été proposé d’inviter le FSM à soutenir clairement les activités anti-Frontex.

b) La situation des réfugiés et des migrants en Europe (camps, expulsions, violences policières, exploitation au travail etc.) et ce non pas afin de dissuader de futurs migrants mais pour qu’ils puissent mieux se préparer à l’Europe.

c) L’agriculture : c’est en partie en raison de grandes plantations d’arachide entre Bamako et Dakar, que les petits agriculteurs se voient contraints de quitter leur terres. Cela explique pourquoi de nombreuses personnes de cette région ont pris, ces dernières années, le chemin de la migration. En outre, les subventions pour les agriculteurs de l’UE et des Etats-Unis et pour les exportateurs de l’UE/des Etats-Unis ont des répercussions négatives sur les petits exploitants agricoles, qui viennent s’ajouter aux effets des accords agricoles de l’OMC et à ceux du pouvoir du secteur agro-alimentaire ainsi que des grandes chaînes de distribution. Enfin, l’autorisation de la culture de coton génétiquement modifié voir génétiquement manipulé a suscité, ces dernières années, des protestations massives d’agriculteurs au Mali : http://www.monde-diplomatique.de/pm/.search?tx=baumwolle+mali

d) Le Changement climatique a également des répercussions dramatiques sur l’agriculture au Mali, voir ailleurs en Afrique. Dans ce contexte, le déficit en réserves d’eau douce joue un rôle de plus en plus important.

e) La Privatisation. Par la privatisation du transport public, d’usines etc., beaucoup de personnes au Mali et ailleurs ont perdu leur emploi et par conséquent leur source de revenu.

f) La privatisation forcée est directement liée à l’endettement des pays africains. Dans ce contexte, les programmes d’ajustements structurels du FMI et d’autres institutions financières devraient également figurer sur notre agenda politique.

g) le poisson et l’exode : L’activité des grandes flottes de pêche de l’UE près des côtes de l’Afrique de l’Ouest a des effets désastreux surtout pour les pêcheurs du Sénégal.

h) L’extraction de l’uranium au Mali : de plus amples informations sont disponibles sur le site suivant :
http://www.forumcivique.org/de/artikel/mali-das-falea-projekt (allemand) ou http://www.forumcivique.org/fr/articles/mali-le-projet-falea (français)

VII. Qui sommes nous/quels sont les objectifs fondamentaux de notre coopération ?

Le débat sur notre objectif (à long terme) de construire des coopérations transnationales à la base ne fait que commencer. C’est pourquoi il n’y a pas pour l’instant de prise de position commune, ni définitive – il y a plutôt des avis différents sur la question :

a) Comme déjà mentionné plus haut : En principe, nous voulons créer des réseau transnationaux pour nous soutenir mutuellement dans nos luttes que ce soit pour la liberté de circulation ou pour un développement autonome et autodéterminé. Il importe donc d’entrer en contact avec des groupes locaux et avec des migrant(e)s actuellement sur le chemin de migration.

b) Nous devrions nous définir par nos luttes en Afrique ou Europe (pour que, au Mali/Sénégal et au FSM on comprenne qui nous sommes – et ce que nous ne sommes pas).

c) Trois traits, entre autres, sont caractéristiques du réseau Afrique-Euro : sa vocation transnationale, le fait de se réclamer de la démocratie à la base et celui de revendiquer la liberté de circulation.

d) On ne devrait pas être trop ambitieux, surtout dans un premier temps : Fondamentalement, le but du Tour Dakar devrait être d’apprendre les uns des autres et de faire ses premières expériences en Afrique (de nombreux activistes européens seront en Afrique pour la première fois et/ou participeront à des activités politiques en Afrique pour la première fois).

e) L’un des militants AME a souligné qu’il faudra tenir compte d’un décalage important entre le désir des gens au Mali et au Sénégal (voir les gens en Afrique en général) d’arriver rapidement à des changements fondamentaux d’une part et nos capacités limitées d’autre part.

f) Et finalement : Le réseau “Des Ponts pas des Murs“ voudrait créer un lien du Tour Bamako-Dakar à d’autres événements, telle la “Troisième Conférence euro-africaine sur la Migration et le Développement“ (mars 2011).

VIII. Qu’est-ce qu’il reste à faire ?

a) FSM : Il faut annoncer les ateliers très prochainement. Dans ce sens, on a fait les premiers pas. En outre, il est conseillé d’entrer en contact avec tous les groupes, réseaux, organisations/ONG qui prévoient également des ateliers et réunions concernant la migration.

b) Concernant le Tour Bamako-Dakar, davantage de coopération et de communication s’imposent parmi les groupes et réseaux qui participent actuellement.

c) Un site web comportant des infos pratiques et politiques devra être disponible aussi rapidement que possible (indépendamment de la question de savoir combien de sites existeront à la fin).

d) On a besoin d’argent : tous et toutes sont donc appelés à monter des dossiers de subvention auprès de fondations ou de trouver d’autres sources de financement.

e) Et enfin : mille petites choses devront être réglées dans les semaines et mois à venir : On vous tiendra au courant, par le biais de ce bulletin d’info…

IX. Prochaines rencontres/prochains pas :

a) Le Réseau Afrique-Euro se retrouvera de nouveau les 31 juillet-1er août. Tous ceux/celles qui veulent figurer sur notre liste de diffusion sont priés d’envoyer un mail à nolagerbremen@yahoo.de

b) Du 27 septembre au 3 octobre un camp Noborder se tiendra à Bruxelles. Un atelier concernant le Tour Bamako-Dakar a été annoncé pour le 30 septembre (jeudi). Pour plus d’infos relatives au Nobordercamp : http://nobordersbxl.noblogs.org/

c) Par ailleurs, cet été, il y aura de nouveau des activités Noborders en Grèce. Cela constitue une autre possibilité de coordonner le Tour Dakar de manière transnationale. Plus d’information à ce sujet, sous peu : www.w2eu.net

d) Des activités de commémoration des évènements de Ceuta et de Melilla en 2005 auront lieu le 5 et 6 octobre. Ces rencontres permettront probablement aussi de se coordonner une fois de plus pour le Tour Bamako-Dakar.

e) Les décisions définitives concernant le Tour Dakar seront prises lors d’une rencontre de l’AME dans la deuxième moitié du mois d’octobre à Bamako. C’est pourquoi les militants de l’AME ont souligné vivement l’importance d’une participation aussi large possible de groupes et de réseaux à cette rencontre. Au moins 4 personnes du réseau Afrique-Euro y participeront.

f) Le bulletin d’info “Crossing Border“ va publier (en plusieurs langues) une édition spéciale qui traitera du Tour Dakar et du FSM :
http://www.noborder.org/crossing_bo...

samedi 14 août 2010

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info