Association Malienne des Expulsés

Accueil > Communiqués > semaine d’action sur la mobilité dans l’espace CEDEAO
semaine d’action sur la mobilité dans l’espace CEDEAO

« Je suis un citoyen de la CEDEAO : avec mes biens, j’ai le droit de circuler librement dans l’espace CEDEAO. »

Abolir les entraves à la libre de circulation dans l’espace CEDEAO
Campagne de plaidoyer à l’endroit des décideurs à travers une semaine de mobilité régionale

L’affiche

Une campagne de Loujna-Tounkaranké
Mai 2014

du 29 Mai au 6 Juin 2014

Agenda des activités au Mali

29 Mai : Conférence de lancement à 10h (au siège de l’AME)
30 Mai : Rencontre des syndicats routiers inter-états
2 Juin : Débats publics dans les gares routières - Sogoniko (rive droite)
3 Juin : Débats publics dans les gares routières - Sébénikoro ou Medina Coura (rive gauche)
4 Juin : Rencontre ambassades, communautés étrangères
5 Juin : Rencontre avec les parlementaires et les ministères

Le Protocole sur la libre circulation des personnes dans l’espace CEDEAO a 35 ans, il est temps qu’il soit effectif.

Cliquer ici pour le Dépliant de la campagne

À ce sujet, voir aussi sur ce site l’article Campagne régionale de plaidoyer pour la liberté de circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO

22/05/2014

Le 29 mai prochain, le Protocole pour la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement dans l’espace CEDEAO aura 35 ans. Pourtant, la libre circulation régionale connaît encore de sérieuses entraves. Les espoirs suscités par le Protocole ont été déçus sur le terrain par le hiatus entre l’adoption des textes et leur non application.

Lorsqu’ils sont en déplacement, les ressortissants, mais aussi les non ressortissants de la CEDEAO ne sont guère protégés contre les violations de leurs droits fondamentaux. Sur les routes, la libre circulation des personnes et des biens est loin d’être une réalité. Le passage des frontières est soumis à des prélèvements illicites, à des pratiques discriminatoires, et à des violences ou détentions arbitraires perpétrées par des agents de l’immigration zélés ou des forces de sécurité ignorants les contenus des textes communautaires.

Par ailleurs, sous la pression des politiques de l’Union européenne, de nombreux Etats d’Afrique de l’Ouest se sont lancés dans des politiques et pratiques de lutte contre l’immigration dite clandestine qui sont parfois en contradiction avec les objectifs même de la CEDEAO et en violation flagrante de la Convention des Nations unies sur les droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Aujourd’hui, il est urgent que les citoyens interviennent dans le débat sur les politiques migratoires.

Pour que cette libre circulation décrétée par les chefs d’Etats des 15 Etats membres de la CEDEAO en 1979 devienne une réalité pour chacun des citoyens, des associations membres du réseau Loujna-Tounkaranké se mobilisent au Niger, au Mali, en Côte d’Ivoire et au Sénégal et organisent les semaines de la mobilité.

Pilotée par Alternative espaces citoyens (AEC), l’Association malienne des expulsés (AME), l’Association pour les rapatriés d’Afrique centrale au Mali (ARACEM), la Convention de la société civile ivoirienne (CSCI) et le Réseau migration et développement (RE.MI.DEV, Sénégal), cette campagne vise à sensibiliser les parlementaires et les autorités aux entraves à la libre circulation et à mobiliser les citoyens de cet espace.

Diverses activités seront menées dans chacun de ces pays du 23 au 6 juin 2014. Le 29 mai, date anniversaire du Protocole, une journée de protestation aura lieu dans chacun des quatre pays.

Pour plus d’informations :

Régional et Niger :

Tcherno Hamadou Boulama, Coordinateur de la campagne

+227 96 97 30 23, hbtcherno@gmail.com

Au Mali :

Ousmane Diarra, Président de l’association malienne des expulsés (AME)

+223 66 78 21 11, expulsesmaliensbasta@yahoo.fr

En Côte d’Ivoire :

Abderhamane Cissé, Chargé de communication, Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI)

+225 77 34 10 32, abder_cisse@yahoo.fr

Au Sénégal :

Aby Sarr, Réseau migration et développement (RE.MI.DEV)

+221 77 52 99 806, sarrhaby@gmail.com

Cette campagne est coordonnée par Alternative espaces citoyens (Niger)

http://www.lacimade.org/minisites/loujnatounkaranke

Facebook : Loujna Tounkaranké

Twitter : @Projet_Loujna

mardi 27 mai 2014

SPIP | contacter L'AME | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Siège : Doumanzana, rue 210, Porte 169, route de Nafadji
Tél. (00 223) 66 78 21 11 * 71 00 30 00 * 76 37 82 46 * 79 12 10 39
Boite Postale 9155 Bamako
Email : contact@expulsesmaliens.info